Les signes des hommes politiques

(21 avril 2017)

Je suis la campagne présidentielle, un peu. J'aime bien les spots TV qui sont traduits en LSF. D'abord, c'est utile aux sourds qui ne savent pas lire, ou pas assez vite (j'imagine que, pour quelqu'un à qui le monde des sons est parfaitement étranger, la lecture requiert un gros effort). Et puis, on peut apprendre des mots signes, car certains sont transparents. Ainsi, "ensemble" est une réunion de "chacun", quand on est au "chômage", on se serre la ceinture... D'autres mots reviennent suffisamment souvent pour qu'on les repère, comme "travail". Mais j'ai eu plus de mal pour "France", et je ne suis toujours pas sûre de "Europe". Celui qui m'a le plus amusée, c'est quand même le Général de Gaulle, qui est manifestement un gars avec un képi.

Vous voulez apprendre d'autres signes désignant les hommes politiques? Il y en a de bien drôles, dans cette vidéo. (Où l'on voit aussi que, quoi qu'elle en dise, Marine reste la fille de son père...)

Libellés : ,

Lapin de Pâques

(17 avril)

Sur la base du "Casimir en chocolat", et en comptant deux Casimirs pour un Lapin (et en inversant les quantités de sucre et de farine), voici la recette du lapin en chocolat, pour remplir le moule d'une célèbre marque (qui est bien plus grand que mon vieux moule Casimir, donc):

130 g de chocolat noir
110 g de beurre
4 oeufs
80 g de sucre en poudre
100 g de farine

Faire fondre le chocolat avec le beurre, sur feu doux (ou au bain-marie, c'est vous qui voyez).
Mélanger la farine, le sucre et les oeufs.
Verser le chocolat dans ce mélange, puis le tout dans le moule.
Enfourner une petite demie-heure, à 200°.
Démouler chaud.

Facile comme tout, rapide, et très bon!

Libellés :

Il fa falloir faire guelgue chosse!

(14 avril 2017)

Le P'tit Mousse confond les consonnes sourdes et leurs équivalents sonores. C'est à dire qu'il peut lire "gâteau" à la place de "cadeau", que Panoramix est un(e) "truite" et qu'il était fort surpris de trouver des "poissons" sur la liste des courses pour son anniversaire, étant donné qu'il n'aime pas ce type d'aliments.
Jusque là, la maîtresse a laissé faire. En lecture, comme il comprend ce qu'il lit, il revient en arrière pour corriger ses erreurs. Mais elle nous a convoqués l'autre jour, parce qu'en orthographe, c'est une catastrophe. On va dire que le P'tit Mousse écrit avec l'accent alsacien, il légende "ortinateur" ou "foiture" les dessins proposés par la maîtresse, qui nous a donc orientés vers un(e) orthophoniste, parce qu'elle n'arrive pas à l'aider (elle a essayé au moins deux méthodes, je m'en étais rendu compte en le faisant lire).
Et là, le problème, ce sont les délais d'attente. Six, douze, voire dix-huit mois. Aura-t-il le temps de se corriger tout seul d'ici là? Et comment se fait-il que les orthophonistes soient débordés à ce point? Je sais bien que leur travail est varié, du bégaiement à la dyslexie, en passant par les problèmes de déglutition, mais enfin, il y a tant de personnes concernées? J'ai fini par obtenir une promesse pour un bilan cet été, mais il faudra que je rappelle en juin pour avoir le rendez-vous, et il y aura encore un délai avant la prise en charge...
En attendant, qu'il s'amuse en paix.

Libellés : , , ,

Il y a le ciel, le soleil et la mer...

(12 avril)

Ah, comme le temps passe!
Et comme il fait bon être enfin en vacances!
Le Pirate ayant l'ambition d'intégrer un lycée qui propose un sport-études voile, il s'entraîne le samedi.
Le port de plaisance de Douarnenez et l'Ile Tristan
Il paraît qu'il se débrouille pas mal, mais il n'est pas tout à fait assez lourd pour le bateau, et surtout, il n'a jamais fait de compétition. Dans le dossier, son palmarès sportif et les objectifs pour les trois ans à venir sont donc restés vierges. Et puis, ils préfèrent les élèves qui font de l'espagnol en LV2, c'est plus simple pour faire les emplois du temps (pourtant, chez nous, les sportifs sont aussi germanistes). Mais il a un très bon dossier scolaire, et il fera peut-être sensation aux sélections sportives, à la rentrée.
Pendant qu'il voguait sur une mer presque d'huile, samedi dernier, nous sommes allés à la plage, et nous n'étions pas les seuls.
 Le P'tit Mousse a même eu le courage de se baigner. Depuis le début des vacances, il passe toutes ses journées dehors.

Libellés : ,

La cinquième maladie

(2 avril)

Non mais, si j'avais publié ça hier, vous auriez pu croire à un poisson...
Depuis les vacances de février circule dans la classe du P'tit Mousse le virus de la très mystérieuse "cinquième maladie". Déjà, j'aimerais savoir quelles sont les quatre premières. Mettons la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, toutes maladies infantiles et contagieuses plus ou moins évitables par la vaccination (j'ai déjà dit ailleurs ce que je pensais du vaccin contre la varicelle, qui n'a empêché Numérobis ni de l'attraper, ni de a transmettre à son petit frère). La "cinquième maladie" est un érythème bénin, parfois accompagné de fièvre et de maux de ventre. Ensuite apparaissent des plaques marbrées sur les joues, qui peuvent disparaître et revenir pendant trois semaines, et s'accompagnent de plaques"en dentelle" sur le torse et les bras. Evidemment, quand l'enfant a l'air d'avoir pris deux bonnes claques, c'est trop tard, il n'est plus contagieux; Monsieur Parvovirus B est aussi malin que son cousin de la varicelle. Il ne faut pas confondre les rougeurs de la cinquième maladie avec celles de la "sixième maladie", aussi connue sous le doux nom de roséole, et qui ne touche que rarement des enfants de l'âge du P'tit Mousse.
Bref. Mardi soir, le P'tit Mousse a fait une rapide montée de fièvre, accompagnée de maux de ventre. K. l'a gardé mercredi matin, mais j'aurais dû me méfier quand la maîtresse a évoqué un "ixième cas dans la classe" à son propos. Ce virus, j'en avais appris l'existence une semaine plus tôt par Mme Fraise, dont le fils était sorti un soir avec un magnifique érythème sur les joues et le cou. Les rougeurs sont apparues vendredi soir sur celles du P'tit Mousse.
On n'a rien dit aux copains, ils sont quand même venus fêter (bruyamment) son anniversaire samedi. Après tout, il n'était plus contagieux, et il avait déjà attendu assez longtemps comme çà.

Libellés : , ,

Un peu de bonne humeur

(31 mars)


Voyez comme la danse peut mettre les gens de bonne humeur.
Cette année, il semblerait que nous ayons une chorégraphie façon "Bollywood"; et je dois dire que, pour le moment, je trouve ça fort sympathique. Je me demande de quoi nos costumes pourraient avoir l'air (sachant que nous sommes deux à danser sur pointes, aussi, et qu'il ne s'agit pas de se prendre les pieds dans une jupe)...

Libellés :

Ceinture... de flottaison

(27 mars 2017)

Depuis l'an dernier, la piscine locale a introduit un livret du nageur, avec des "grades" de type "bigorneau" ou "murène". Le P'tit Mousse a validé les deux premiers niveaux, et des cases sont cochées dans les deux niveaux suivants. C'est plutôt intéressant: on peut suivre sa progression, voir ce qu'il doit encore apprendre et puis, si nous étions amenés à déménager ou à lui faire prendre des cours de natation ailleurs, le nouveau maître-nageur saurait aussi où en est ce nouvel élève.
Seulement, ce livret n'a aucune valeur nationale. Alors qu'en voile, en judo, en aïkido, en ski, en équitation et sans doute aussi dans d'autres sports, il y a une grille de référence nationale (et / ou internationale) pour évaluer le niveau des sportifs, ce référentiel ne semble pas exister pour la natation. Il faut dire que la plupart des nageurs ne sont pas affiliés à la fédération. Mais tout de même, est-ce que ce ne serait pas assez facile d'établir une progression et des "grades"? Est-ce que cela n'éviterait pas la perte de temps des évaluations systématiques de début d'année, comme elles se pratiquaient à Fréjus du temps où le Pirate apprenait à nager? Et puis, si on faisait figurer sur ce livret (c'est le cas sur celui du P'tit Mousse) le certificat du test anti-panique, ce serait drôlement pratique pour ceux qui veulent pratiquer des sports nautiques, l'été...
(Et donc, la réponse à la devinette: si deux livrets ont une valeur nationale, le troisième n'est délivré que très localement.)

Libellés : ,